Sortie de prison d’un homme à Amiens : fête gâchée par une agression policière

Photo of author

Par Abert

Justice

Un individu âgé de 26 ans, récemment libéré de détention, a été condamné ce mercredi à une peine d’un an d’emprisonnement effectif pour avoir commis une agression à l’encontre d’un agent de police en civil à Amiens.

Jeune homme condamné à un an de prison ferme après avoir agressé un policier en civil

Un jeune homme de 26 ans, tout juste sorti de prison après avoir purgé une peine de 31 mois pour une affaire de séquestration, a été condamné à un an de prison ferme ce mercredi par le tribunal correctionnel d’Amiens. L’incident s’est produit alors qu’il célébrait sa libération en se rendant en boîte de nuit avec des amis. Selon les informations rapportées par France Bleu, l’individu, qui était dans un état d’ébriété avancé, a agressé un policier en civil dans le quartier Saint-Leu.

Le policier, qui venait de terminer sa journée de travail, a été témoin d’une dispute entre un couple et s’est arrêté brièvement pour observer la situation. Cette attitude a déplu au jeune homme et à un autre individu qui l’accompagnait. Sans raison apparente, ils ont violemment agressé le policier. L’avocate du policier a déclaré : « Pour un simple regard, il a été tabassé de façon brutale ». Le policier s’est vu attribuer deux jours d’incapacité totale de travail.

Un verdict sévère malgré les tentatives de minimisation de la gravité des faits

Lors de son procès, le prévenu, qui compte déjà 15 mentions à son casier judiciaire, a tenté de minimiser la gravité de son agression en affirmant qu’il ne s’agissait pas vraiment d’une bagarre, mais plutôt d’une altercation au sol. Son avocat a également souligné que le prévenu s’était assis sur les marches et avait attendu l’arrivée de la police. Malgré ces arguments, le tribunal a rendu son verdict : un an de prison ferme, avec mandat de dépôt. Le jeune homme a également été condamné pour détention de résine de cannabis.

Lire aussi :   Double mise en examen de Nicolas Sarkozy suite à la rétractation de Ziad Takieddine

Le procureur avait requis une peine de 15 mois de prison, mais le tribunal a finalement opté pour une peine d’un an, marquant ainsi la fin abrupte de la liberté récemment retrouvée par le prévenu.