Mulhouse : Huit mois de prison pour une mère qui envoie sa fille de 6 ans chercher du cannabis

Le tribunal correctionnel de Mulhouse a augmenté la sanction d’une mère de famille qui a encouragé sa fille de 6 ans à se procurer du cannabis. Au départ condamnée à 3 mois de détention, elle a finalement écopé de 8 mois de prison, avec une possibilité d’aménagement en raison de sa grossesse.

Une mère de famille condamnée pour avoir incité sa fille de 6 ans à acheter du cannabis

Le tribunal correctionnel de Mulhouse (Haut-Rhin) a rendu son jugement ce mercredi dans une affaire impliquant une mère de famille résidant actuellement en région parisienne. La prévenue, absente à l’audience, avait fait opposition d’un premier jugement en septembre 2020 pour « provocation directe de mineur de 15 ans à transporter, détenir, offrir ou céder des stupéfiants ».

Les faits remontent au 9 décembre 2019 lorsque la jeune femme avait conduit sa fille de 6 ans dans le quartier Drouot à Mulhouse dans le but d’acheter du cannabis. Ce jour-là, des policiers en civil surveillaient un immeuble de la rue de la Navigation. L’enfant, guidée par sa mère, s’était dirigée vers les agents en disant : « Je veux un bout de 10 ». Face à l’absence de réaction des policiers, la mère a agité les bras pour accélérer l’opération. Cependant, la transaction n’a pas eu lieu car les policiers ont alerté un second équipage qui a procédé à l’interpellation.

Une peine de prison alourdie à 8 mois

Le tribunal a décidé d’alourdir la peine de prison initiale de 3 mois à 8 mois, tout en assortissant cette peine d’un aménagement en raison de la grossesse de la prévenue. Cette décision a été rendue en faveur de la protection de l’enfant et pour sanctionner l’acte de la mère qui a été qualifié de « pure inconscience » par le ministère public représenté par Philippe Pin.

Lire aussi :   Humoriste Yassine Belattar condamné à 4 mois de prison avec sursis pour menaces de mort

L’avocate de l’enfant au nom de l’association Themis a souligné que cette situation était « tout à fait dramatique » et a rappelé que « à 6 ans, on ne devrait pas savoir ce que c’est, des stupéfiants ». Cette affaire met en lumière des comportements irresponsables ayant des conséquences néfastes sur les enfants et soulève des questions sur la nécessité d’une sensibilisation et d’une éducation préventive.