Gérald Darmanin signale 20 actes antisémites en France liés aux attaques en Israël

Photo of author

Par Abert

Société

Après l’attaque du Hamas en Israël, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, a réitéré la position ferme de l’État français face à l’antisémitisme. Lors d’une réunion avec des représentants de la communauté juive, il a souligné le soutien du gouvernement et a annoncé des mesures visant à assurer la sécurité des citoyens juifs et à maintenir l’ordre public.

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin condamne les actes antisémites en France

72 heures après l’attaque du Hamas en territoire israélien, qui a entraîné la mort de plus de 700 personnes et blessé plus de 2500 autres, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, a tenu une réunion avec les représentants des institutions juives pour exprimer la fermeté de l’État face aux actes antisémites. Il a réaffirmé le soutien du gouvernement et la détermination absolue à protéger les citoyens juifs, que ce soit dans le monde numérique ou physique.

Darmanin a rappelé que toucher à un juif en France, c’est toucher toute la République. Bien que vingt cas d’antisémitisme aient été signalés en France depuis l’attaque, aucune menace caractérisée n’a été identifiée sur le territoire national. Cependant, dix personnes ont été interpellées et 44 enquêtes ont été ouvertes en lien avec ces actes, suite aux signalements effectués sur Pharos, la plateforme de signalement des contenus illicites en ligne.

Des mesures renforcées pour prévenir les troubles à l’ordre public

Le ministre de l’Intérieur a également déclaré que toutes les manifestations de soutien au peuple israélien en France seront accompagnées par les préfets de la République. De plus, des consignes ont été données pour examiner au cas par cas la possibilité d’interdire les rassemblements propalestiniens, uniquement ceux susceptibles de troubler gravement l’ordre public.

Lire aussi :   Annonces d'Élisabeth Borne : Encadrement militaire et responsabilité parentale en focus

Des poursuites pourraient être engagées contre les collectifs, associations et partis politiques tenant des propos incitant à la haine, à l’intifada et à l’apologie du terrorisme. Gérald Darmanin se réserve le droit d’engager d’éventuelles procédures de dissolution, notamment pour le collectif « Palestine vaincra », dont la dissolution est actuellement suspendue par le Conseil d’État.

En conclusion, Gérald Darmanin prend fermement position contre les actes antisémites en France et affirme la volonté du gouvernement de protéger les citoyens juifs. Des mesures concrètes sont mises en place pour prévenir les troubles à l’ordre public et des poursuites pourraient être engagées contre les auteurs de propos incitant à la haine.