Agent de l’IGPN agressé à Brétigny-sur-Orge : suspects sous contrôle judiciaire

Photo of author

Par Abert

Justice

Deux individus, dont un mineur de 17 ans et un soldat en début de carrière, ont été appréhendés suite à une agression violente sur un homme de cinquantaine d’années, agent administratif à l’IGPN, accompagné de sa compagne, devant un hypermarché à Brétigny-sur-Orge (Essonne). Les deux suspects ont été remis en liberté sous contrôle judiciaire en attendant leur procès prévu le mois prochain.

Deux individus interpellés suite à une violente agression à Brétigny-sur-Orge

Un adolescent de 17 ans et un jeune militaire de 19 ans ont été arrêtés le week-end dernier à la suite de l’agression brutale d’un homme de 55 ans devant l’hypermarché Auchan de Brétigny-sur-Orge, en Essonne. La victime, qui est un agent administratif à l’inspection générale de la police nationale (IGPN), a été violemment frappée lorsqu’elle faisait ses courses avec sa compagne, et a été déclarée inapte au travail pour une période de 15 jours. Ses blessures, notamment au visage, témoignent de la violence des coups qu’elle a reçus.

Les policiers du commissariat de Sainte-Geneviève-des-Bois ont rapidement identifié le suspect mineur ainsi que son complice grâce à des images d’une vidéo amateur publiée sur les réseaux sociaux par un témoin. Les deux agresseurs, tous deux originaires de Brétigny-sur-Orge, étaient déjà connus des services de police. L’adolescent a été présenté à un juge des enfants et a été remis en liberté sous contrôle judiciaire, avec une convocation pour le 25 octobre prochain.

Quant au second agresseur, Moussa C., il s’est rendu au commissariat de Sarrebourg après avoir été contacté par les enquêteurs par téléphone. Il avait rejoint le 1er régiment d’infanterie (1er RI). Il a été déféré devant la justice pour une comparution immédiate, mais son jugement a été reporté au 11 octobre prochain, selon les informations du parquet d’Évry confirmées par Le Parisien.

Lire aussi :   Gendarme ivre du GIGN condamné à la prison pour menace avec arme chez Orange

Prévenu : « Je regrette cet acte »

Avant que le renvoi de son jugement ne soit prononcé, le prévenu a exprimé ses excuses à la victime, bien qu’elle ne soit pas présente. Il a déclaré : « Je regrette cet acte ». Lors de sa garde à vue, il a également nié toute insulte raciste émanant de la victime, malgré les affirmations du témoin qui avait filmé la vidéo. Les deux agresseurs ignoraient la qualité de fonctionnaire de police de la victime au moment des faits.

Le prévenu de 19 ans est en poste au 1er RI depuis trois mois. Il a lui aussi été remis en liberté sous contrôle judiciaire et est soumis à l’interdiction de contacter la victime ou son complice.