Violente agression à domicile d’une femme de 76 ans handicapée à Brest, motivée par l’appât du gain.

Photo of author

Par Abert

Faits-divers

Deux individus ont pénétré dans le domicile d’une femme handicapée âgée de 76 ans à Brest (Finistère) dans l’après-midi afin de la dérober. La victime a été agressée physiquement et traînée au sol. Les coupables sont actuellement en fuite et une enquête est en cours.

Une femme handicapée de 76 ans violemment agressée chez elle à Brest

Une femme handicapée âgée de 76 ans a été victime d’une violente agression à son domicile de Brest, dans le quartier de Pontanézen. Deux individus ont fait irruption chez elle et ont exigé de l’argent avant de prendre la fuite suite à l’arrivée d’une voisine, selon les informations relayées par Le Télégramme.

Les détails de l’agression

L’agression s’est déroulée le 2 janvier vers 15h15. Les deux assaillants ont pénétré dans l’appartement de la septuagénaire, situé au rez-de-chaussée dans un quartier sensible. La porte coulissante de l’habitation était légèrement ouverte pour permettre à son chihuahua de circuler dans l’espace extérieur clôturé.

Une fois à l’intérieur, les agresseurs se sont dirigés vers la chambre où dormait la victime en compagnie de son petit chien, son mari étant absent. Réveillée brutalement, elle a été frappée à la tête, jetée au sol puis traînée. Les assaillants lui ont alors ordonné de leur indiquer l’emplacement de son argent. La septuagénaire a réagi en criant, ce qui a alerté une de ses voisines qui a sonné à sa porte. La voisine a décidé d’entrer en voyant qu’il n’y avait pas de réponse, et a découvert la victime gisant au sol. Les agresseurs avaient déjà quitté les lieux sans fouiller l’appartement.

Lire aussi :   Attaque de tirs à la Kalachnikov : Trois jeunes visés à Marseille

La victime, choquée par cette agression, a été prise en charge par les sapeurs-pompiers, mais a refusé d’être conduite à l’hôpital. Elle a déposé plainte et une enquête a été ouverte. Interrogée par les policiers, la septuagénaire a donné une description de ses agresseurs, qui pourraient être mineurs. Elle souhaite désormais déménager pour sa sécurité.