Un homme écroué à Strasbourg pour soupçon d’animation d’une plateforme mondiale de pédocriminels sur le darknet

Photo of author

Par Abert

Faits-divers

Un individu âgé de 64 ans, suspecté d’être le responsable de nombreux sites et forums diffusant des contenus pédopornographiques sur le darknet, a été arrêté à Strasbourg après une enquête de plusieurs mois menée par les agents de l’OFMIN. En plus de cela, cet homme est soupçonné d’avoir commis des agressions sexuelles sur des mineurs. Suite à sa mise en examen à Paris ce vendredi, il a été placé en détention provisoire.

Un homme de 64 ans arrêté pour avoir animé des plateformes pédocriminelles sur le darknet

Un homme âgé de 64 ans a été interpellé à son domicile à Strasbourg, dans le Bas-Rhin, ce mardi. Il est soupçonné d’avoir créé et géré plusieurs plateformes sur le darknet, qui ont réuni des pédocriminels et diffusé des milliers d’images à caractère pédopornographique. Cette information a été confirmée par le parquet de Paris, en référence à une publication du Parisien. Le suspect, qui a été mis en examen ce vendredi à Paris, a été placé en détention provisoire, selon les informations d’Abertzale.

Une enquête internationale aboutit à l’arrestation du suspect

Cette arrestation est le résultat de plusieurs mois d’enquête menée par l’office des mineurs (OFMIN), qui a été créé en septembre dernier. L’enquête a débuté suite à une coopération internationale, notamment avec Europol, et une information provenant d’un service étranger indiquant qu’un homme résidant à Strasbourg était à la tête de sites et de forums sur le darkweb, où des contenus pédopornographiques étaient échangés. Le suspect utilisait différents pseudonymes ainsi que le navigateur TOR, un réseau mondial conçu pour garantir l’anonymat des utilisateurs en masquant leur identité et leur localisation. Cette caractéristique rend le suivi de leurs activités en ligne difficile. TOR est souvent utilisé pour accéder au darknet et à ses contenus, certains étant illégaux.

Lire aussi :   Violence : deux adolescents de 14 et 15 ans attaquent un homme de 85 ans pour le voler

L’enquête a été confiée à l’OFMIN en septembre dernier, sous la direction de la section de lutte contre la cybercriminalité du parquet de Paris (J3). Les investigations, auxquelles l’office anti-cybercriminalité (OFAC) de Strasbourg a participé, ont permis de confirmer les activités illicites du sexagénaire. L’interpellation du suspect a été menée par la brigade de recherche et d’intervention (BRI) du service interdépartemental de police judiciaire (SIPJ), avec l’appui de policiers, après plusieurs jours de surveillance, selon une source proche de l’affaire. Il était essentiel d’arrêter rapidement cet homme, dans les meilleures conditions, afin d’empêcher une éventuelle destruction de preuves en formatant ses disques durs, précise la même source.

Dix ordinateurs et 200 disques durs saisis lors de la perquisition

Lors de la perquisition au domicile du suspect, les enquêteurs de l’OFMIN ont découvert dix ordinateurs et 200 disques durs. Ces éléments seront exploités dans le cadre des investigations. Notre source confie que le suspect hébergeait lui-même les plateformes sur des serveurs situés à son domicile, dans le but de rester discret. Il semblerait que ce sexagénaire, aux revenus modestes, ait lui-même créé ces plateformes.

Le parquet de Paris souligne qu’il s’agit de la première plateforme du darknet en matière de pédopornographie à avoir été démantelée en France. Le suspect est également soupçonné d’avoir commis des agressions sexuelles sur des mineurs de son entourage, ainsi que d’avoir sollicité des mineurs en ligne. Il a été présenté à un juge d’instruction ce vendredi et a été mis en examen pour les chefs d’accusation suivants : administration d’une plateforme en ligne pour permettre une transaction illicite, détention, diffusion et enregistrement d’images pédopornographiques, corruption de mineur par le biais de communication électronique, et agression sexuelle incestueuse sur mineur par un ascendant majeur.

Lire aussi :   Au moins trois morts à Steenbecque, Nord, après qu'un automobiliste a percuté des piétons

Une infraction récemment créée et une première en France

Une source judiciaire fait remarquer que c’est la première fois qu’une personne est mise en examen pour le chef d’accusation « administration d’une plateforme en ligne pour permettre une transaction illicite », dans le cadre d’une enquête pour des faits de pédocriminalité. Cette infraction a été créée par la loi du 24 janvier 2023 et est passible de 5 ans d’emprisonnement et de 150 000 euros d’amende. Le parquet de Paris rappelle que cette loi vise à réprimer le fait, pour un opérateur d’une plateforme restreinte à des utilisateurs anonymes ou ne respectant pas les obligations du code de la consommation, de faciliter sciemment la vente de produits illicites sur cette plateforme.

Il convient de noter que les policiers de l’OFMIN ont récemment effectué une vaste enquête au cours de laquelle 80 suspects ont été interpellés dans 53 départements, comme révélé par Abertzale.