Un homme de 75 ans interpellé après avoir blessé un jardinier avec un coup de cutter à la gorge lors d’insultes racistes à Villecresnes.

Photo of author

Par Abert

Faits-divers

Une violente agression à l’arme blanche a eu lieu à Villecresnes (Val-de-Marne) vendredi dernier. Un jardinier de 29 ans a été victime d’insultes racistes avant d’être gravement blessé à la gorge avec un cutter. L’agresseur présumé, âgé de 75 ans, a été arrêté et sera jugé en mai prochain après avoir été remis en liberté sous contrôle judiciaire.

Violente agression raciste à Villecresnes : un jardinier de 29 ans blessé

Un jardinier de 29 ans a été violemment agressé à Villecresnes, dans le Val-de-Marne, par un homme de 75 ans armé d’un cutter. Les faits se sont déroulés vendredi dernier alors que la victime, Mourad, travaillait à l’entretien d’espaces verts dans un secteur pavillonnaire. L’agresseur a proféré des insultes racistes envers Mourad et ses employés, les traitant de « bougnoules », avant de le frapper au menton avec une entaille de 15 cm.

« Un centimètre de plus et je n’étais plus là » : témoignage de la victime choquée

Mourad, encore sous le choc, a exprimé sa gratitude d’être encore en vie dans une interview accordée au Parisien. Il déclare : « Un centimètre de plus et je n’étais plus là. Sans parler des insultes racistes. Il nous a traités de bougnoules immédiatement ». La victime a également réussi à filmer une partie de l’agression avant de se réfugier chez sa cliente et d’appeler les secours. Transporté à l’hôpital, Mourad a reçu 15 jours d’incapacité totale de travail (ITT). Une vidéo amateur de l’incident a été publiée sur les réseaux sociaux, et Mediapart a diffusé les images d’une caméra de surveillance montrant une partie de la scène.

Lire aussi :   Chute mortelle du 4e étage à Maisons-Alfort : Décès d'une fillette de 6 ans

Le suspect, un habitant de Saint-Maur-des-Fossés, a été arrêté peu après l’agression à son domicile par la brigade anticriminalité (BAC) et placé en garde à vue au commissariat de Boissy-Saint-Léger. Il est poursuivi pour « injure non publique en raison de l’origine, l’ethnie, la nation, la race ou la religion », « dégradation volontaire de bien d’autrui causant un dommage léger » et « violences avec usage ou menace d’une arme ». Initialement prévu pour une comparution immédiate, le procès a été renvoyé à mai prochain. Le suspect a été placé sous contrôle judiciaire avec obligation de se présenter deux fois par mois au commissariat. La cliente de Mourad, son employeuse, s’inquiète de la possibilité de croiser à nouveau l’agresseur.