Suicide d’un policier affecté à la nouvelle CRS 81 à Marseille

Photo of author

Par Abert

Faits-divers

Un agent de police âgé de 54 ans, qui travaillait à la nouvelle CRS 81 à Marseille, a été découvert sans vie dans sa résidence à Cavaillon. Il a mis fin à ses jours en utilisant son arme de service durant la nuit dernière. Une enquête a été lancée afin de comprendre les circonstances de ce tragique événement, qui porte à 23 le nombre de suicides au sein de la police nationale depuis le début de l’année.

Drame au sein de la police nationale : un policier se suicide à son domicile

Dans la nuit de dimanche à lundi, un policier de 54 ans, affecté à la nouvelle CRS 81 à Marseille, a tragiquement mis fin à ses jours à son domicile de Cavaillon (Vaucluse) en utilisant son arme de service, a appris Abertzale. Thierry D., brigadier-chef et père d’une fille, avait auparavant travaillé à la CRS 60 d’Avignon.

Une enquête ouverte et une compagnie sous le choc

Les circonstances précises de cet acte dramatique ne sont pas encore connues, mais une enquête a été ouverte pour les déterminer. Les collègues du policier au sein de la CRS 81, fraîchement créée, ainsi que ceux de la CRS 60, sont tous sous le choc. Une source policière confie : « Il était très apprécié. »

La CRS 81, spécialisée dans la gestion des violences urbaines et les missions de sécurisation spécifiques, a été conçue sur le modèle de la CRS 8, créée en juillet 2021 et composée de 200 policiers. Elle peut être déployée dans toute la France en cas de besoin, comme cela a été le cas cet été à Marseille et à Nîmes. Une autre source policière précise : « Les policiers de la CRS 81 débutent aujourd’hui un stage de quinze jours, avant le lancement opérationnel de la compagnie. »

Lire aussi :   Enquête ouverte après l'enlèvement d'un gendarme réserviste retrouvé en état de choc dans le Pas-de-Calais.

Depuis le début de l’année, il s’agit malheureusement du 23e suicide au sein de la police nationale. La semaine dernière, un autre policier du commissariat de Béziers (Hérault) avait également mis fin à ses jours. Cette situation alarmante a conduit à la mise en place d’un numéro national de prévention du suicide, le 3114, disponible 24h/24 et 7j/7.

En outre, une ligne d’écoute est spécialement dédiée aux fonctionnaires de la police nationale victimes d’agressions ou de menaces, accessible au 0800 95 00 17 tous les jours de 5 heures à 23 heures. Une cellule de soutien psychologique est également disponible 24h/24 au 0805 230 405. Tous les appels sont anonymes, confidentiels et gratuits. Des associations telles que SOS Policiers en Détresse (PEPS-SOS), Assopol et Alerte police en souffrance (APS) luttent également contre le fléau des suicides au sein de la police nationale. L’Amicale de la Police Nationale propose également un réseau d’écoute et de soutien.