Suicide d’un gendarme mobile de 31 ans à Mayotte avec son arme de service

Photo of author

Par Abert

Faits-divers

Dans la nuit de mercredi à jeudi, un gendarme de 31 ans a malheureusement mis fin à sa vie en utilisant son arme de service à Mayotte.

Un gendarme mobile se suicide à Mayotte

Un gendarme mobile âgé de 31 ans a tragiquement mis fin à ses jours en utilisant son arme de service. Les faits se sont déroulés dans la nuit de mercredi à jeudi, à Kangani, dans la commune de Koungou, à Mayotte, selon les informations rapportées par Mayotte 1ère. Une enquête a été ouverte pour faire la lumière sur les circonstances de ce drame. Ce triste événement marque le début d’année dans les rangs de la gendarmerie nationale.

Une triste réalité pour l’institution

Malheureusement, il s’agit du premier drame de ce genre qui touche la gendarmerie cette année. Néanmoins, en 2023, pas moins de 19 gendarmes ont mis fin à leurs jours. Parmi eux, un jeune militaire de 26 ans s’est suicidé à son domicile de Versailles (Yvelines) le 16 décembre dernier. Cette situation alarmante soulève des questions quant au bien-être des membres de l’institution.

En cas de détresse psychologique, il est important de contacter le numéro national de prévention du suicide, le 3114, disponible 24h/24 et 7j/7. Des professionnels sont à disposition pour vous aider. De plus, les gendarmes peuvent également se tourner vers le réseau d’accompagnement psychologique de l’institution, qui compte 39 psychologues cliniciens, ainsi que vers les assistants sociaux, les aumôniers ou les représentants de la concertation.

Lire aussi :   Policier violemment agressé à Montélimar en se rendant au travail