Police ouvre le feu et blesse un chauffard lors d’un refus d’obtempérer près de Valenciennes

Dans la nuit de lundi à mardi, à proximité de Valenciennes (Nord), un individu a refusé d’obtempérer à la police et a entamé une course-poursuite. Après avoir été bloqué dans une petite route à Famars, le suspect a effectué des manœuvres mettant en danger les policiers, ce qui a conduit l’un d’entre eux à faire usage de son arme à feu.

Un policier tire sur un chauffard lors d’une intervention près de Valenciennes

Dans la nuit de lundi à mardi, un policier a ouvert le feu sur un chauffard qui refusait d’obtempérer lors d’une intervention près de Valenciennes, dans le Nord. Le conducteur, blessé par le tir du policier, ainsi que son passager, ont été interpellés puis placés en garde à vue, selon une source proche de l’affaire, confirmant les informations de France 3.

Course-poursuite et tir

Les faits se sont déroulés vers 4 heures du matin lorsque deux suspects ont cambriolé une maison à La Sentinelle, près de Valenciennes. Les forces de l’ordre sont rapidement intervenues pour essayer de les interpeller, mais les malfaiteurs ont pris la fuite à bord d’une voiture. Une course-poursuite a alors eu lieu sur l’autoroute A2, jusqu’à la petite commune de Famars. Finalement, le fuyard s’est retrouvé coincé sur une petite route.

Les policiers sont descendus de leur véhicule pour arrêter les deux suspects. C’est à ce moment-là que le chauffard a brutalement redémarré pour manœuvrer. Dans un sentiment de danger, l’un des policiers a ouvert le feu, blessant le conducteur au bras.

Deux enquêtes en cours

Les deux suspects ont été interpellés et celui qui a été blessé par balle a été conduit à l’hôpital. Il sera interrogé par les enquêteurs dès que son état de santé le permettra. Trois policiers ont également été légèrement blessés au cours de cette intervention.

Lire aussi :   Interpellation du compagnon après agression à l'arme blanche à Vitrolles : femme de 32 ans blessée

Deux enquêtes ont été ouvertes dans cette affaire : la première pour examiner les faits reprochés aux deux suspects et la seconde pour confirmer si le policier a effectivement fait usage de son arme dans des conditions réglementaires.