Mis en examen pour le viol d’une fillette de 3 ans, un stagiaire de l’Éducation nationale en Loire.

Photo of author

Par Abert

Faits-divers

Un stagiaire âgé de 19 ans, en formation au sein de l’Éducation nationale, a été officiellement accusé de viol sur une enfant de trois ans à Saint-Étienne (Loire). Suite à cette accusation, il a été incarcéré en détention provisoire. Les faits présumés se seraient produits dans une école maternelle située à Villars.

Soupçonné d’agression sexuelle sur une fillette de 3 ans, un stagiaire de l’Éducation nationale mis en examen

Un jeune homme de 19 ans, stagiaire de l’Éducation nationale, est soupçonné d’avoir agressé sexuellement une fillette de trois ans dans une école maternelle de Villars (Loire). Le procureur de la République de Saint-Etienne, David Charmatz, a confirmé les accusations et a précisé que le suspect a été mis en examen pour « exhibition sexuelle et viol sur une mineure de moins de 15 ans ». Cette information a été rapportée par le journal Le Progrès.

Les faits et les suites de l’enquête

Les faits se seraient déroulés à la mi-octobre, avant les vacances de la Toussaint, dans le cadre du périscolaire, à la cantine de l’école maternelle, selon le quotidien régional. Quelques jours plus tard, la petite fille a raconté l’agression à ses parents, qui ont déposé plainte. Une enquête a alors été ouverte et le jeune stagiaire est rapidement devenu le principal suspect.

Le procureur a détaillé que le mis en cause a été placé en garde à vue le 29 novembre, et celle-ci a été prolongée le 30 novembre afin de permettre aux policiers d’effectuer les auditions nécessaires, ainsi que les perquisitions et l’analyse du matériel informatique de l’intéressé. Au cours de l’enquête, il a été découvert que le suspect consultait régulièrement des sites pédopornographiques. Il a donc été mis en examen pour « détention d’images à caractère pédopornographiques » et placé en détention provisoire par un juge des libertés et de la détention (JLD).

Lire aussi :   Proviseur visé par des tirs de mortiers et incendie dans un lycée à Lyon

Durant ses auditions, le jeune homme a « globalement reconnu les faits » et a nié avoir commis d’autres actes sexuels sur un autre mineur, a ajouté le magistrat. Selon lui, au vu du dossier, une seule victime a été identifiée et il est raisonnable de penser qu’elle est effectivement la seule, notamment en raison des aveux du mis en cause et de sa personnalité.

Le procureur de la République a souligné que la jeune victime a eu suffisamment de conscience des interdits pour révéler rapidement les faits à ses parents, ce qui a permis d’éviter une répétition de l’agression. Il a également souligné que cela pourrait faciliter sa prise en charge psychologique, en plus de la mise hors d’état de nuire de son agresseur.

Le maire de Villars, Jordan Da Silva, a exprimé son étonnement face à la présence de ce stagiaire au sein de l’école sur le temps périscolaire en l’absence de convention d’accueil, dans un communiqué.