Intervention des policiers à Montfermeil : Ce que l’on sait après la mort d’un homme lors de son interpellation

Photo of author

Par Abert

Faits-divers

Un individu âgé de 30 ans est décédé ce matin à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, suite à son arrestation à Montfermeil (Seine-Saint-Denis) la veille. Il avait fait preuve d’une forte opposition envers les forces de l’ordre, malgré l’utilisation répétée d’un pistolet à impulsion électrique. Un policier a été gravement blessé et deux enquêtes ont été ouvertes afin de clarifier les circonstances de ce drame.

Un homme décède après une intervention policière mouvementée

Un homme de 30 ans est mort à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris ce vendredi matin, suite à une intervention policière survenue à Montfermeil (Seine-Saint-Denis) dans la nuit de mercredi à jeudi. Les policiers ont utilisé leur pistolet à impulsion électrique (PIE) à plusieurs reprises pour tenter de maîtriser le suspect, qui les aurait agressés. L’un des agents a été sérieusement blessé, mordu à un doigt. Ces informations ont été confirmées par plusieurs sources proches de l’enquête, qui font écho aux détails révélés par Le Parisien.

Une situation tendue dans une épicerie de Montfermeil

Les policiers ont été appelés vers 23h20 pour intervenir dans une épicerie de Montfermeil, où un homme décrit comme « virulent, alcoolisé et très agressif » refusait de sortir. Selon les sources, cet individu de grande taille, originaire de Martinique et connu des services de police, avait récemment été arrêté pour des actes de violence avec une machette. À leur arrivée, les policiers ont constaté que plusieurs personnes se trouvaient devant l’épicerie, effrayées par l’état d’excitation du suspect à l’intérieur. Le gérant de l’établissement a également exprimé son souhait de voir le trentenaire partir afin de reprendre normalement son activité. D’autres témoins ont affirmé que cet homme était méconnaissable ces derniers jours, semblant être complètement différent de sa personnalité habituelle.

Lire aussi :   Viol à domicile d'une femme de 75 ans à Ozoir-la-Ferrière, l'agresseur en fuite

Une situation qui dégénère

Les policiers sont entrés dans l’épicerie pour engager la discussion avec le suspect, qui se trouvait assis près de la caisse. Selon les sources, les agents ont décrit l’homme comme ayant « le regard vide », hagard et manifestant des signes d’alcoolisation. Il était en train de préparer une cigarette contenant probablement du cannabis. Contrairement à son comportement habituel, il aurait refusé de parler et aurait menacé les policiers de les frapper tout en consommant de l’alcool et en fumant sa cigarette. La situation a duré de longues minutes, observée par plusieurs personnes depuis l’entrée de l’épicerie.

Peu de temps après, le suspect aurait menacé de s’emparer de l’arme d’un des policiers pour « leur mettre une balle ». Les policiers ont essayé de faire intervenir le gérant pour tenter de raisonner le trentenaire, en vain. Environ une demi-heure après le début de l’intervention, la mère de l’homme est arrivée sur place après avoir reçu un appel inquiétant de son fils. Elle a tenté de le convaincre de sortir, mais il a refusé de bouger. L’homme a demandé à sa mère de mettre un chant religieux sur son téléphone, ce qu’elle a fait avant de quitter l’épicerie, face à l’impasse.

Les policiers ont décidé de fermer l’épicerie et ont demandé des renforts pour éviter que le suspect ne s’en prenne à d’autres personnes. Lorsqu’ils ont tenté de le faire sortir, le suspect a tenté de s’emparer de l’arme d’un des policiers et a ensuite pris une bouteille en verre pour les agresser. Les policiers ont fait usage de leur pistolet à impulsion électrique à plusieurs reprises, mais cela n’a pas réussi à maîtriser le suspect. Finalement, après plusieurs tentatives, le suspect a été maîtrisé et placé au sol.

Lire aussi :   Pillage d'une boutique Bouygues Telecom à Chartres : une trentaine de téléphones volés durant la nuit

Une intervention qui soulève des questions

L’homme est entré dans une petite pièce tout en restant au sol, donnant des coups de pied aux policiers pour les empêcher de l’appréhender. Les policiers ont essayé à plusieurs reprises d’utiliser leur pistolet à impulsion électrique, mais l’arme n’a pas fonctionné correctement. Dans la mêlée, le suspect a violemment mordu le pouce droit d’un policier, qui a réussi à se libérer avant de quitter les lieux. Le policier a ensuite été hospitalisé pour recevoir des points de suture et s’est vu attribuer une incapacité totale de travail de dix jours.

Les policiers ont demandé du renfort et ont laissé la porte de l’épicerie fermée pour éviter que le suspect ne puisse sortir et causer d’autres problèmes. D’autres policiers sont arrivés sur les lieux et ont également tenté d’utiliser le pistolet à impulsion électrique, ce qui aurait provoqué un arrêt cardiaque chez le suspect. Il a été pris en charge par les secours et transporté à l’hôpital, mais son état s’est détérioré et il est décédé le vendredi. Une autopsie et un examen toxicologique seront effectués pour déterminer les causes précises de son décès.

Deux enquêtes en cours

Deux enquêtes ont été ouvertes suite à cet événement. La première porte sur les dégradations volontaires, la rébellion et les violences à l’encontre de personnes dépositaires de l’autorité publique. Elle est confiée à la sûreté territoriale de la Seine-Saint-Denis. La seconde enquête est menée par l’inspection générale de la police nationale (IGPN) et porte sur l’intervention des forces de l’ordre. Une dizaine de policiers ayant participé à l’intervention ont déjà commencé à être interrogés.

Lire aussi :   Un jeune homme soupçonné d'un viol en pleine rue et d'une tentative de viol interpellé à Lyon

Des policiers agissant en légitime défense selon un syndicat

Grégory Goupil, secrétaire régional du syndicat Alliance Police Nationale, a souligné que les policiers avaient tout mis en œuvre pour accomplir leur mission dans des circonstances tragiques. Il a