Interpellation d’un homme armé d’une Kalachnikov à Nîmes, plusieurs suspects en fuite après refus d’obtempérer

Photo of author

Par Abert

Faits-divers

Dans la nuit de samedi à dimanche, à Nîmes (Gard), les policiers de la brigade anticriminalité (BAC) ont arrêté un conducteur qui refusait de se conformer. L’un des passagers, qui était armé d’une Kalachnikov chargée, a été appréhendé. Les complices sont toujours en fuite.

Interpellation d’un homme armé d’une Kalachnikov à Nîmes

Dans la nuit de samedi à dimanche, les policiers de la brigade anticriminalité (BAC) ont réussi à interpeller un homme armé d’un fusil d’assaut de type Kalachnikov à Nîmes, dans le département du Gard. Cette arrestation fait suite à un refus d’obtempérer de la part du suspect. Selon une source proche de l’affaire, plusieurs autres individus ont réussi à prendre la fuite, confirmant ainsi une information relayée par France 3.

Le déroulement de l’interpellation a commencé lorsque l’équipage de la BAC a repéré une voiture de type Renault Clio circulant à pleine vitesse dans le quartier Pissevin, aux environs de 3 heures du matin. Les policiers ont immédiatement ordonné au conducteur de s’arrêter, cependant, celui-ci a choisi d’accélérer. S’ensuit alors une course-poursuite qui se termine par la sortie de route du fuyard dans la zone de Saint-Césaire, plus loin sur la route de Générac.

Malgré la sortie de route, les occupants de la voiture ont pris la fuite, mais les policiers ont réussi à intercepter l’un d’entre eux qui était armé d’une Kalachnikov munie. Néanmoins, deux ou trois autres suspects, également armés, ont réussi à échapper aux forces de l’ordre.

L’homme interpellé a été placé en garde à vue. Lors des vérifications, les policiers ont découvert que la Renault Clio était signalée volée. Une enquête a été ouverte afin de déterminer les intentions de ces hommes armés.

Lire aussi :   Guet-apens à Behren-lès-Forbach : Deux gendarmes blessés en Moselle

Rappel d’une affaire précédente : meurtre d’un enfant de 10 ans dans le quartier Pissevin

Il convient de rappeler qu’il y a quelques mois, dans le même quartier de Pissevin, un enfant de 10 ans prénommé Fayed a été tragiquement tué par balle lors de la nuit du 21 au 22 août dernier. Il se trouvait alors dans une voiture en compagnie de son oncle, qui a été grièvement blessé par les tirs. Ces deux victimes étaient des dommages collatéraux d’une guerre entre trafiquants de drogue.

En novembre dernier, neuf suspects ont été mis en examen pour homicide en bande organisée dans le cadre de cette affaire. Parmi eux, huit ont été placés en détention provisoire.