Interpellation d’un homme armé d’un fusil d’assaut à Nîmes, plusieurs suspects en fuite après refus d’obtempérer

Dans la nuit de samedi à dimanche à Nîmes (Gard), les policiers de la brigade anticriminalité (BAC) ont arrêté un conducteur qui refusait de se conformer aux ordres. L’un des passagers de la voiture, qui était armé d’un fusil d’assaut chargé, a été appréhendé. Les complices sont actuellement en fuite.

Un homme armé d’un fusil d’assaut interpellé après une course-poursuite à Nîmes

Dans la nuit de samedi à dimanche, un individu de 32 ans a été arrêté par les policiers de la brigade anticriminalité (BAC) à Nîmes, dans le Gard. Armé d’un fusil d’assaut HK MR223, l’homme a été appréhendé après avoir refusé d’obtempérer. Selon une source proche de l’affaire, plusieurs autres suspects sont parvenus à s’enfuir. Cette information a été confirmée par France 3.

Les faits se sont déroulés vers 3 heures du matin lorsque les agents de la BAC ont repéré une Renault Clio RS roulant à vive allure dans le quartier Pissevin. Les policiers ont sommé le conducteur de s’arrêter mais celui-ci a décidé d’accélérer, initiant ainsi une course-poursuite. Le fuyard s’est dirigé vers la zone de Saint-Césaire avant de faire une sortie de route sur la route de Générac.

Les occupants du véhicule ont pris la fuite, mais les forces de l’ordre ont réussi à appréhender l’un d’entre eux, en possession d’un fusil d’assaut. Deux ou trois autres suspects, également armés, ont réussi à échapper à la police. L’homme interpellé a été placé en garde à vue et il a été révélé qu’il résidait dans les Bouches-du-Rhône.

Les vérifications effectuées par les policiers ont révélé que la Renault Clio était signalée volée. Une enquête a été ouverte pour déterminer les intentions des individus armés. Selon une source proche de l’affaire, il semblerait qu’ils soient venus de Marseille pour régler des comptes ou intimider, dans le cadre d’une guerre de territoire et de trafic de stupéfiants.

Lire aussi :   Chauffard blessé par un policier qui ouvre le feu après un refus d'obtempérer à Tourcoing

Rappel d’un précédent tragique dans le quartier Pissevin

Il convient de rappeler qu’en août dernier, un enfant de 10 ans prénommé Fayed a été mortellement touché par une balle dans le quartier Pissevin. Cette nuit-là, il se trouvait dans une voiture en compagnie de son oncle, qui a également été blessé par les tirs. Les deux victimes étaient des dommages collatéraux d’une guerre opposant des trafiquants de drogue. En novembre dernier, neuf suspects ont été mis en examen pour homicide en bande organisée dans cette affaire, dont huit ont été placés en détention provisoire.