Homme armé d’un hachoir neutralisé par gendarme en Isère

Ce mardi à Chasse-sur-Rhône (Isère), les gendarmes ont neutralisé et interpellé un individu armé d’un hachoir dans une entreprise. L’intervention a nécessité l’utilisation d’une arme à feu qui a blessé le suspect, conduisant ensuite à son hospitalisation. Deux enquêtes ont été ouvertes suite à cet incident.

Un homme armé d’un hachoir neutralisé par un gendarme dans une entreprise à Chasse-sur-Rhône

Un individu de 31 ans, muni d’un hachoir, a été maîtrisé et arrêté par les forces de gendarmerie dans une entreprise située à Chasse-sur-Rhône, en Isère, en début d’après-midi de ce mardi. Selon les informations du journal Le Dauphiné, un militaire a tiré sur l’agresseur pour le neutraliser, le blessant. Le suspect a été transporté à l’hôpital pour recevoir des soins.

Les faits ont eu lieu aux alentours de 15 heures lorsque le suspect s’est présenté à l’entrée de l’entreprise en menaçant de tuer les employés avec sa arme blanche. Des témoins ont rapporté que l’agresseur a évoqué des propos relatifs à l’islam.

Le pistolet à impulsion électrique n’a pas suffi à maîtriser l’agresseur

Les gendarmes sont rapidement intervenus et ont fait face à un individu qui refusait de lâcher son arme et de se rendre. Ils ont d’abord tenté de maîtriser l’agresseur en utilisant un pistolet à impulsion électrique (PIE), mais cela s’est avéré inefficace. L’un des gendarmes a alors tiré un coup de feu, touchant le suspect à la main et à la jambe. Les secours ont pris en charge l’homme et l’ont transporté à l’hôpital Lyon Sud, accompagné d’une escorte policière. Son pronostic vital n’est pas engagé.

Lire aussi :   15 personnes en garde à vue près du marché de Rungis pour "entrave à la circulation" suite à la colère des agriculteurs

Selon Le Dauphiné, le suspect avait récemment été placé en garde à vue pendant 48 heures pour des faits dont la nature n’est pas connue. Il avait ensuite été déféré au parquet de Lyon et remis en liberté sous contrôle judiciaire.

Suite à cette intervention, deux enquêtes ont été ouvertes. La première enquête, confiée à la brigade de recherches de Vienne, porte sur les menaces avec arme. La seconde enquête, confiée à la section de recherches de Grenoble, vise à déterminer si l’usage de l’arme par le gendarme était conforme à la loi.