Enquête ouverte à Paris après le tag de 60 étoiles de David sur des immeubles

Photo of author

Par Abert

Faits-divers

Suite à la découverte d’environ 60 étoiles de David taguées sur les murs du XIVe arrondissement de Paris, le parquet de Paris a lancé une enquête. Des actes similaires ont également été signalés dans les communes de Vanves, Fontenay-aux-Roses, Aubervilliers et Saint-Ouen.

Enquête ouverte après la découverte d’étoiles de David taguées à Paris

Le parquet de Paris a annoncé ce mardi l’ouverture d’une enquête suite à la découverte d’une soixantaine d’étoiles de David taguées sur des murs du XIVe arrondissement de la capitale. L’enquête, qui concerne les faits de « dégradation du bien d’autrui aggravée par la circonstance qu’elle a été commise en raison de l’origine, la race, l’ethnie ou la religion », a été confiée au commissariat de police de l’arrondissement. Ces actes sont passibles d’une peine maximale de quatre ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende.

La mairie du 14e arrondissement avait déjà révélé plus tôt dans la matinée avoir reçu plusieurs signalements d’étoiles de David taguées au pochoir sur de nombreux murs. Dans un communiqué, la municipalité a dénoncé ces actes antisémites, les comparant aux méthodes utilisées pendant les années 1930 et la Seconde Guerre mondiale qui ont conduit à l’extermination de millions de juifs. La maire de l’arrondissement, Carine Petit, a ajouté que cet antisémitisme était présent « dans nos rues comme aux heures les plus sombres ».

Des tags similaires découverts dans d’autres communes

Des tags similaires ont également été découverts dans les communes de Vanves, Fontenay-aux-Roses (Hauts-de-Seine), Aubervilliers et Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis). À Aubervilliers et Saint-Ouen, les pochoirs étaient accompagnés d’inscriptions telles que « De la mer au Jourdain, Palestine vaincra ». Les maires de ces communes ont vivement condamné ces actes racistes et antisémites, appelant à ce que les coupables soient rapidement arrêtés et jugés avec la plus grande sévérité. La maire d’Aubervilliers, Karine Franclet, a rappelé que l’antisémitisme était un délit et a dénoncé des actes ignobles.

Lire aussi :   Agression à Gennevilliers : Homme criant «Allah akbar» fonce sur les policiers après avoir agressé plusieurs femmes

Selon le ministère de l’Intérieur, depuis l’attaque d’Israël par le Hamas le 7 octobre, plus de 2500 signalements d’actes antisémites ont été reçus en France sur la plate-forme de signalement Pharos. Le garde des Sceaux, Eric Dupond-Moretti, a également fait état de plus de 400 interpellations pour des actes antisémites.

La mairie de Paris prévoit de porter plainte et les services de propreté de la ville seront dépêchés sur les lieux pour effacer les inscriptions.