Enlèvement à Saint-Germain-en-Laye : Adolescent déshabillé, roué de coups et filmé, trois suspects arrêtés

Un jeune de 17 ans a été piégé et agressé à Saint-Germain-en-Laye (Yvelines) dimanche soir. Il a été enlevé, menacé, déshabillé, violemment frappé et volé par trois personnes qui ont filmé la scène. Trois individus, âgés de 14, 17 et 19 ans, ont été arrêtés.

Un adolescent victime d’un guet-apens à Saint-Germain-en-Laye

Un guet-apens particulièrement violent a été perpétré à Saint-Germain-en-Laye (Yvelines) à l’encontre d’un adolescent de 17 ans ce dimanche soir. Enlevé par trois individus, le jeune homme a été confronté à des menaces, des violences physiques, et a été dépouillé de ses biens. Les agresseurs ont également filmé la scène, qui s’est déroulée en pleine nuit. Trois suspects, âgés de 14, 17 et 19 ans, ont rapidement été appréhendés dans le cadre de cette affaire, selon les informations recueillies par Abertzale. Le plus âgé des agresseurs sera jugé en comparution immédiate ce vendredi après-midi.

Un policier hors service vient en aide à la victime

C’est un policier hors service de la brigade anticriminalité (BAC) qui, vers 21h40, a découvert la victime alors qu’il était au volant de sa voiture et circulait sur la route des Loges, dans la forêt de Saint-Germain-en-Laye. Le jeune homme, entièrement nu, attire son attention et le fonctionnaire s’arrête pour venir en aide à l’adolescent de 17 ans. Ce dernier explique avoir été victime d’un guet-apens et avoir subi une agression violente. Le policier alerte immédiatement les secours et le jeune homme est pris en charge.

Lors de son interrogatoire, la victime relate les événements qui l’ont conduit à cette situation. Il avait été contacté sur les réseaux sociaux par un autre adolescent de son âge, qu’il avait rencontré lors du service national universel (SNU) en juin 2022. Ce dernier l’avait invité à se retrouver à la gare RER de Saint-Germain-en-Laye, en vue de passer la soirée ensemble. Une fois sur place, la victime réalise qu’il s’agit en réalité d’un piège. L’adolescent qui l’a contacté se trouve dans une voiture avec deux individus cagoulés. Sous la menace d’une arme à feu, il est contraint de monter à bord du véhicule avant d’être emmené au cœur de la forêt. Selon une source proche de l’enquête, les agresseurs ont infligé à la victime des coups, l’ont déshabillé et l’ont forcée à se masturber tout en les filmant.

Lire aussi :   Marseille : Homme de 22 ans tué par balle dans le 15e arrondissement

Les trois agresseurs lui ont ensuite dérobé son téléphone et ses vêtements avant de l’abandonner. La victime se met alors à marcher le long de la route, c’est à ce moment-là qu’elle croise la route du policier hors service.

Les enquêteurs retrouvent des preuves vidéo dans les téléphones

Les enquêteurs de la brigade de sûreté urbaine (BSU) de Saint-Germain-en-Laye sont chargés des investigations. Ils exploitent les images des caméras de vidéosurveillance de la ville et parviennent à relever le numéro d’immatriculation du véhicule utilisé lors de l’enlèvement. Les policiers parviennent également à localiser le lieu où la victime a été agressée. Ils parviennent ensuite à identifier l’adolescent qui a pris contact avec la victime. Celui-ci se présente finalement au commissariat de Houilles lundi soir et est placé en garde à vue. Il avoue son implication, tout en minimisant celle de ses deux complices.

Les investigations se poursuivent et les deux autres suspects, âgés de 14 et 19 ans et déjà connus des services de police, sont identifiés. Ils sont interpellés et placés en garde à vue à leur tour. Lors des perquisitions menées à leur domicile respectif, les policiers découvrent un pistolet à plomb utilisé lors du guet-apens, ainsi que des affaires appartenant à la victime. De plus, les enquêteurs retrouvent des vidéos de l’agression dans les téléphones des suspects.

Une tentative de justification basée sur une agression sexuelle

Pour se justifier, les trois auteurs présumés invoquent une affaire d’agression sexuelle : la petite amie de l’adolescent de 17 ans, qui a organisé le rendez-vous, aurait été victime du jeune homme qu’ils ont attaqué. La jeune femme, interrogée à ce sujet, affirme qu’il s’agissait d’une relation consentie. Les enquêteurs privilégient la piste d’un acte de vengeance motivé par la jalousie dans ce dossier.

Lire aussi :   Agression sexuelle à Nice : Un homme en situation irrégulière blesse deux policiers.

Les deux mineurs impliqués ont été déférés mercredi soir et seront convoqués devant le tribunal pour enfants en février prochain. L’adolescent de 17 ans, extrêmement choqué par ce guet-apens et cette agression humiliante, s’est vu attribuer une incapacité totale de travail (ITT) de 30 jours à ce stade.

« Dans son malheur, la victime a eu la chance de tomber sur ce collègue de la BAC de Sartrouville hors service », a réagi Linda Kebbab, déléguée nationale du syndicat Unité SGP Police FO. « La réactivité du collègue a permis de secourir la victime et de préserver les indices sur place, utiles aux enquêteurs. Leur persévérance et leur savoir-faire ont porté leurs fruits. C’est une enquête d’une grande réussite. Bravo à tous », a-t-elle ajouté.