Enfant de 10 ans menace d’attentat sur TikTok : parents en garde à vue à Cambrai

Photo of author

Par Abert

Faits-divers

Suite à la publication d’une menace d’attentat visant une école primaire de Cambrai (Nord) sur TikTok, un enfant âgé de 10 ans a été rapidement identifié et interrogé par la police. Malgré une perquisition au domicile familial qui n’a révélé aucun élément prouvant un projet d’attaque, les parents ont toutefois été placés en garde à vue.

Un enfant de 10 ans menace une école sur TikTok : enquête en cours

Le commissariat de Cambrai (Nord) a été informé ce mercredi d’une menace d’attentat proférée sur TikTok par un enfant de 10 ans. L’école primaire Léon-Gambetta était visée selon les informations de La Voix du Nord. Les autorités ont rapidement identifié l’enfant et ont effectué une perquisition à son domicile. Il n’y a cependant aucun élément concret prouvant qu’un attentat était en préparation, mais une enquête a été ouverte pour en savoir plus.

Les mesures prises pour assurer la sécurité de l’école

La procureure de la République de Cambrai, Ingrid Görgen, a déclaré que l’enfant a été interrogé avec le régime de la « retenue compte tenu de son âge ». Il était assisté d’un avocat et d’un médecin. Ses parents ont également été placés en garde à vue. Les enquêteurs poursuivent leurs investigations pour vérifier les déclarations du mineur.

Cette menace a été prise très au sérieux, surtout dans le contexte récent de l’attaque à la cité scolaire Gambetta-Carnot d’Arras. Lors de la perquisition au domicile familial, aucune bombe ni aucun élément en faveur d’un projet d’attentat n’ont été trouvés, selon le parquet. Néanmoins, une mesure de sécurité a été mise en place à l’école, avec une présence policière renforcée aux heures d’entrée et de sortie des élèves.

Lire aussi :   Dépouillé par deux faux policiers, un policier de Saint-Germain-en-Laye subit un vol après son service.

Il convient également de noter qu’une autre alerte concernant l’Institut national des sciences appliquées a eu lieu le lundi 23 octobre, entraînant l’évacuation de plusieurs de ses antennes.