Écroué à Paris, le fonctionnaire de la préfecture promettait de l’aide aux clandestins contre de l’argent

Armand, un fonctionnaire de 49 ans travaillant à la préfecture de police de Paris, a été mis en examen, écroué et est actuellement accusé de corruption et d’escroquerie. Il est soupçonné d’avoir dirigé un réseau illégal qui visait spécifiquement des étrangers en situation irrégulière.

Un fonctionnaire de la préfecture de police de Paris arrêté pour escroquerie et corruption

Armand, un fonctionnaire âgé de 49 ans travaillant au service des étrangers de la préfecture de police de Paris, a été mis en examen et écroué pour escroquerie en bande organisée et corruption. Les faits ont été révélés par Le Parisien. Soupçonné d’être le cerveau d’un réseau d’arnaque visant les étrangers sans papiers, Armand, d’origine camerounaise et de nationalité française, est passé aux aveux. Les investigations ont débuté suite à un incident en avril où un individu a tenté de déposer de l’argent pour le compte du « lieutenant Armand » à la préfecture.

Des victimes vulnérables et des gains financiers importants

Selon une source proche du dossier, Armand se faisait passer pour un grand policier et promettait de faciliter l’obtention de titres de séjour. Les victimes, souvent des étrangers vulnérables, lui remettaient de l’argent, des parfums et même des dattes en espérant en retour obtenir de l’aide pour obtenir une carte de séjour. Les montants échangés variaient entre 20 et 200 euros. L’enquête, menée par la sous-direction de la lutte contre l’immigration irrégulière (SDLII), a impliqué l’audition de soixante et un témoins, dont une trentaine de clandestins. Malgré une surveillance constante, l’agent continuait à rencontrer ses « clients » dans un commerce situé en face des locaux de la préfecture.

Lire aussi :   Épinay-sur-Seine : Prise d'otages par un homme qui se rend ensuite à la BRI

Des découvertes compromettantes et des accusations nuancées

Lors de l’arrestation d’Armand à son domicile, les enquêteurs ont découvert des dossiers concernant des étrangers en situation irrégulière. De plus, l’examen de ses comptes bancaires a révélé des dépôts totalisant 88 000 euros. Interrogé par Le Parisien, l’avocat d’Armand, Me Philippe Benamou, a nuancé les accusations portées contre son client en affirmant que celui-ci n’avait empoché qu’environ 15 000 euros en deux ans. L’avocat a également souligné les capacités restreintes d’Armand à commettre une telle fraude en raison de son accès limité à l’ordinateur de la préfecture. Il a également mis en avant la situation familiale difficile d’Armand, précisant que sa femme est gravement malade. Les trois complices présumés d’Armand ont été placés sous contrôle judiciaire.