Deux gendarmes blessés par un policier municipal ivre et hors service dans l’Oise.

Photo of author

Par Abert

Faits-divers

Deux gendarmes ont été victimes de blessures dimanche soir à Saint-Maximin (Oise) lorsque leur véhicule, garé pendant une intervention, a été percuté par un policier municipal en état d’ivresse. Le policier, qui n’était pas en service, a été placé en garde à vue.

Accident de la route à Saint-Maximin : Deux gendarmes blessés par un policier ivre

Un accident de la route s’est produit ce dimanche soir à Saint-Maximin, près de Creil (Oise), causant des blessures à deux gendarmes. Selon les informations rapportées par Le Parisien, un policier municipal hors service, en état d’ivresse, a percuté le véhicule des militaires vers 21h15, au niveau du rond-point du Verbois sur la RD 1016.

Les gendarmes étaient en intervention pour une panne de leur véhicule et avaient sécurisé la zone en activant leur gyrophare. C’est alors que leur voiture a été violemment heurtée par l’arrière par l’automobiliste en état d’ébriété. Les deux gendarmes, qui sont affectés à la brigade de Chantilly, ont été blessés aux cervicales et aux jambes. Ils ont été transportés à l’hôpital de Creil avec une incapacité totale de travail (ITT) estimée entre trois et cinq jours.

Alcoolémie élevée et conséquences judiciaires

Le conducteur fautif, âgé de 29 ans et travaillant à la police municipale de Creil, présentait une alcoolémie de 1,96 gramme par litre de sang lors du contrôle effectué par les autorités. Après avoir été soumis à des examens à l’Unité médico-judiciaire (UMJ), il a été placé en garde à vue différée à la brigade de Chantilly, puis en cellule de dégrisement. Le véhicule des gendarmes a été fortement endommagé.

Lire aussi :   Soupçonné de viol, l'influenceur Jolve94 en garde à vue à Vitry-sur-Seine

Le procureur de la République de Senlis, Loïc Abrial, a confirmé l’ouverture d’une enquête pour « blessures involontaires par un conducteur sous l’empire d’un état alcoolique ». Les conséquences pour le policier en cause pourraient être sévères, avec une peine pouvant aller jusqu’à trois ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende, compte tenu des dommages corporels causés et de la gravité des faits.