Décès d’un gendarme lors d’un exercice en montagne dans le Haut-Rhin

Photo of author

Par Abert

Faits-divers

Un membre âgé de 43 ans du peloton de haute montagne (PGHM) de Hohrod est décédé lors d’une séance d’entraînement dans le Haut-Rhin, suite à un éboulement dans la région des Spitzkoepfe. Une enquête a été lancée afin de déterminer les circonstances exactes de cet accident.

Un gendarme du PGHM d’Hohrod trouve la mort lors d’un exercice en montagne

Ce lundi matin, un tragique accident s’est produit à Metzeral dans le Haut-Rhin, coûtant la vie à un gendarme du peloton de haute montagne (PGHM) d’Hohrod. Selon les informations de France Bleu, l’accident s’est déroulé lors d’une session d’entraînement dans le secteur des Spitzkoepfe, situé au sud du massif du Hohneck. La victime faisait partie d’un groupe de quatre gendarmes qui avait été déposé par hélicoptère dans un couloir rocheux au moment du drame.

Selon un officier du PGHM interrogé par nos confrères, le gendarme a été emporté dans sa chute par un important morceau de la paroi granitique qui s’est détaché. Les phénomènes de gel et de dégel, fréquents dans cette région, sont très probablement à l’origine de cet éboulement.

Le procureur de la République de Colmar, Jean Richert, a confirmé à l’AFP la mort du gendarme, un sous-officier de 43 ans et père d’un enfant. Il précise que le militaire est décédé lors d’un exercice en montagne à la suite du décrochage d’une partie de la paroi qui a entraîné sa chute. Une enquête judiciaire a été ouverte et confiée à la brigade de recherches de la gendarmerie de Colmar afin de faire toute la lumière sur les circonstances de cet accident.

Lire aussi :   Braquage d'une boutique Bouygues Telecom à Pontault-Combault : 70 iPhones volés

Une cellule psychologique mise en place pour soutenir les proches et les collègues de la victime

Face à cet événement tragique, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a exprimé sa grande tristesse et a adressé ses pensées pour la famille et les camarades du gendarme dans un message publié sur le réseau social X. Une cellule psychologique a été mise en place pour apporter un soutien aux proches de la victime ainsi qu’aux collègues du PGHM, profondément affectés par cette perte.