Darmanin saisit la justice après la comparaison d’une recette à un bébé juif brûlé dans un four par le Hamas

Photo of author

Par Abert

Faits-divers

Une enquête a été lancée suite à la diffusion d’une vidéo à caractère antisémite sur les réseaux sociaux, où une femme se moque de manière répugnante de la mort tragique d’un bébé de confession juive. Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a réagi en déposant une plainte auprès de la justice. Bien que la vidéo ait été supprimée d’Instagram, elle continue néanmoins de circuler en ligne.

Une enquête ouverte suite à la diffusion d’une vidéo antisémite sur les réseaux sociaux

Depuis vendredi, une vidéo ouvertement antisémite circule sur les réseaux sociaux, suscitant l’indignation et l’ouverture d’une enquête par le parquet de Paris. Dans cette vidéo, une femme s’exprime de manière odieuse au sujet des attaques terroristes perpétrées par le Hamas le 7 octobre dernier en Israël. Elle évoque notamment la mort d’un bébé juif, qui aurait été placé dans un four. Ces propos ont vivement réagi le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, qui a immédiatement saisi le procureur de la République de Paris en vertu de l’article 40.

Le contenu de la vidéo est particulièrement choquant. La protagoniste, connue sur Instagram sous le pseudonyme « Haneia Nakei », interroge ironiquement sur l’assaisonnement utilisé lors de cet acte barbare : « Moi, il y a une chose qui me turlupine. Sur l’histoire du bébé qui a été mis dans le four, je me pose la question de s’ils ont mis du sel, du poivre, s’ils ont mis du thym… » Elle poursuit en évoquant avec une légèreté déconcertante l’accompagnement de ce qu’elle qualifie de « gigot de bébé ».

La vidéo a suscité de vives réactions et a été massivement signalée sur la plateforme Pharos, spécialisée dans la lutte contre la cybercriminalité. Bien qu’elle ait été retirée d’Instagram, il est encore incertain si cette suppression est due à l’intervention du réseau social ou de l’utilisatrice elle-même. Néanmoins, la séquence de 43 secondes continue de circuler en ligne.

Lire aussi :   Suicide d'un policier du commissariat de Béziers à son domicile dans l'Hérault

Une condamnation internationale et une plainte déposée par un député

Cette affaire a provoqué une réaction sans précédent, tant au niveau national qu’international. L’ambassade d’Israël en France a fermement condamné les propos « immondes, négationnistes et antisémites » tenus par la jeune femme, qui serait également à la tête d’une entreprise de commerce en ligne et qui affiche publiquement son soutien à la cause palestinienne.

De son côté, Meyer Habib, député de la 8ème circonscription des Français de l’étranger, a annoncé avoir déposé plainte pour « apologie du terrorisme » auprès du procureur national antiterroriste (PNAT). Cette affaire, qui soulève de graves inquiétudes quant à la diffusion de messages de haine et de discrimination en ligne, sera suivie de près par les autorités compétentes.