Darmanin porte plainte pour apologie du terrorisme suite aux propos de la députée Obono sur le Hamas

Photo of author

Par Abert

Faits-divers

La députée de La France insoumise, Danièle Obono, est vivement critiquée pour avoir qualifié le Hamas de « mouvement de résistance » lors d’une interview ce matin. En réponse, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, annonce qu’il va saisir le procureur de la République pour « apologie du terrorisme ».

Danièle Obono critiquée pour sa définition du Hamas

La députée de La France insoumise (LFI), Danièle Obono, a suscité une vague de critiques après une interview sur Sud Radio ce mardi matin. Interrogée sur la nature du Hamas, elle a répondu : « C’est un groupe politique islamiste, qui a une branche armée, qui s’inscrit dans les formations politiques palestiniennes, qui a pour objectif la libération de la Palestine et qui résiste à une occupation ».

Malgré plusieurs questions sur le statut du groupe en tant que « mouvement de résistance », elle a ajouté : « Oui, qui se définit comme tel et qui est reconnu comme tel par les instances internationales ».

Gérald Darmanin saisit le procureur de la République

Ces propos ont rapidement suscité une réaction de Gérald Darmanin, le ministre de l’Intérieur, qui a annoncé qu’il allait saisir le procureur de la République pour apologie du terrorisme. Sur Twitter, il a déclaré : « Le Hamas, « un mouvement de résistance » ? Non ! c’est un mouvement terroriste. Je saisis le procureur de la République pour apologie du terrorisme ».

Face à la polémique, Danièle Obono a publié un communiqué pour clarifier sa position. Elle a écrit : « Assez de manipulations », ajoutant qu’elle avait simplement souligné que le Hamas est un groupe politique qui résiste à l’occupation de la Palestine. Elle a précisé : « C’est un fait. Ni une excuse, ni un soutien, ni une caution pour ses crimes de guerre abjects contre les civils israéliens ».

Lire aussi :   Découverte à Limoges : Corps démembré et sans tête d'un homme, deux frères mis en examen

Cette affaire intervient un peu plus d’une semaine après les attaques terroristes du Hamas en Israël. Le Hamas est considéré comme un mouvement terroriste par l’Union européenne notamment. Cette controverse isole davantage La France insoumise sur l’échiquier politique, la formation étant déjà critiquée pour avoir précédemment qualifié le Hamas de « forces palestiniennes » dans un communiqué.