Chauffard à Dreux refuse d’obtempérer et fonce sur policiers, ouverture de feu.

Photo of author

Par Abert

Faits-divers

Un individu a refusé d’obtempérer aux forces de l’ordre à Dreux (Eure-et-Loir) et a été confronté à trois tirs de la part des policiers présents sur place. Le chauffard aurait tenté de foncer sur les agents avant de prendre la fuite.

Un automobiliste refuse d’obtempérer et fonce sur les policiers à Dreux

Un automobiliste a refusé de se soumettre aux ordres des policiers à Dreux (Eure-et-Loir) ce dimanche en début d’après-midi. La situation a dégénéré lorsque le conducteur a foncé sur les forces de l’ordre, obligeant deux fonctionnaires à ouvrir le feu, selon des informations obtenues par Abertzale. Malgré cela, le chauffard a réussi à prendre la fuite.

Un policier blessé lors de l’incident

Cette situation s’est déroulée en quelques instants vers 14h30. Une patrouille de police a repéré une Renault Twingo jaune stationnée au 120 avenue du Général-Leclerc, qui correspondait au véhicule impliqué dans un vol avec violences survenu la veille à Dreux, où le sac à main d’une femme âgée avait été dérobé.

Quelques instants plus tard, un individu est venu récupérer la voiture. Les policiers ont alors décidé de procéder au contrôle de cette personne et se sont approchés. Au moment où trois agents sont descendus de leur véhicule, le conducteur a brusquement démarré en marche arrière, puis a repris sa course en marche avant. Selon une source proche de l’affaire, il aurait foncé sur l’un des fonctionnaires. Deux policiers ont alors ouvert le feu à trois reprises au total. « L’un des agents s’est fait rouler sur le pied et a été touché à un genou », a précisé cette même source.

Lire aussi :   Un mort et deux blessés dans une attaque à l'arme blanche à Paris, l'assaillant fiché S arrêté

En début de soirée, le chauffard était toujours en fuite. Le policier blessé a été transporté à l’hôpital par les sapeurs-pompiers et son état n’est pas préoccupant. Les médecins lui ont attribué une incapacité totale de travail (ITT) de cinq jours. Une policière, choquée par les événements, a également reçu une prescription d’ITT de quatre jours. Les policiers ont déposé plainte et une enquête a été ouverte pour faire la lumière sur cet incident.