Attaque et dépouillement au domicile de Rueil-Malmaison : La chanteuse Vitaa et sa famille victimes

Photo of author

Par Abert

Faits-divers

Dans la nuit, le domicile de la chanteuse Vitaa à Rueil-Malmaison a été victime d’un home-jacking. Trois individus ont pénétré dans sa maison où elle se trouvait avec son compagnon et leurs trois enfants. Les voleurs sont repartis avec plusieurs bijoux, entre autres.

La chanteuse Vitaa victime d’un home-jacking dans sa résidence de Rueil-Malmaison

La célèbre chanteuse Vitaa, également connue sous le nom de Charlotte Gonin, a été victime d’une attaque de home-jacking tôt ce mercredi matin. Les faits se sont déroulés dans sa résidence située à Rueil-Malmaison, dans les Hauts-de-Seine. Présente avec son mari et leurs trois enfants âgés de 15 mois, 11 ans et 14 ans, la chanteuse a subi cette agression violente selon une source proche de l’affaire, confirmant les informations relayées par le site Purepeople.

Les détails de l’attaque

Trois individus armés ont pénétré dans la propriété de l’artiste vers 06h30 en passant par la terrasse. Pendant que Vitaa et son mari étaient agressés physiquement, leurs enfants auraient été séquestrés dans l’une des chambres. Selon la même source, les malfaiteurs sont repartis avec des bijoux de valeur et des sacs de luxe. À l’arrivée de la police, les agresseurs avaient déjà pris la fuite. Une enquête a été ouverte par le parquet de Nanterre et a été confiée à la sûreté territoriale des Hauts-de-Seine (ST 92). Pour l’instant, la valeur du butin emporté par les voleurs n’a pas encore été estimée.

Dans un autre incident similaire, dans la nuit de lundi à mardi, un des gardiens de but du Paris-Saint-Germain a également été victime d’une agression à son domicile dans les Yvelines. Les policiers sont rapidement intervenus et ont réussi à arrêter trois des quatre agresseurs, âgés de 16 et 21 ans. Cette affaire a été confiée à la brigade de répression du banditisme (BRB) de la police judiciaire de Versailles.

Lire aussi :   Interpellation à Reims d'un homme armé criant "Allah akbar" devant le commissariat