Ariane : Un policier réserviste agressé par des tirs de mortiers d’artifice à Nice

Photo of author

Par Abert

Faits-divers

Un agent de police de 44 ans, en service de réserve, a été victime d’une agression mardi soir à Nice, lorsque des individus ont lancé des mortiers d’artifice sur lui. Quatre jeunes, dont deux mineurs, ont été arrêtés. Les syndicats de police ont vivement réagi à cette agression, appelant à des sanctions sévères à l’encontre des agresseurs.

Un policier réserviste agressé à Nice

Un policier réserviste de 44 ans a été violemment agressé ce mardi soir à Nice. Alors qu’il venait de terminer sa journée de travail et de quitter le commissariat du quartier de l’Ariane, il a été pris pour cible par des individus qui ont tiré des mortiers d’artifice sur lui. Ces tirs ont provoqué l’embrasement de ses vêtements. Heureusement, la victime, qui était en civil, a réussi à se réfugier dans le commissariat. Bien que légèrement blessé, il reste sous le choc. Les agresseurs, qui sont des jeunes de la cité, ont été rapidement appréhendés par la police. Parmi eux, deux ont 12 ans et les deux autres ont 17 et 18 ans. Une enquête a été ouverte et le policier a déposé une plainte.

Indignation et demande de sanctions exemplaires

Les syndicats de police expriment leur colère face à cette agression. Laurent Alcaraz, délégué départemental du syndicat Alliance Police Nationale, déclare : « Il a été formellement identifié comme policier. C’était clairement pour lui faire du mal, voire pour le tuer ». Il souligne également l’engagement républicain du policier réserviste, précisant qu’il a suivi une formation intensive de quinze jours. Laurent Martin de Frémont, délégué départemental du syndicat Unité SGP Police FO, réagit en affirmant : « C’est une volonté de tuer un policier après qu’il a été reconnu. Nous en sommes arrivés à un point critique. Toute personne qui s’en prend à un policier doit être incarcérée ». Il demande des peines exemplaires pour ces « racailles ».

Lire aussi :   Bagnolet : Un jeune homme poignardé à mort en Seine-Saint-Denis

Le maire de Nice, Christian Estrosi, a également apporté son soutien au policier réserviste sur le réseau social X, en réclamant une sanction « sévère » pour les agresseurs. Il souligne que attaquer les forces de l’ordre, c’est attaquer la République.