Agression violente d’un maire isérois par plusieurs individus dans le Vaucluse

André Mondange, maire du Péage-de-Roussillon, a été agressé par plusieurs individus à Avignon dans la nuit de jeudi à vendredi. Il a décidé de porter plainte suite à cette agression, où les agresseurs ont proféré des propos racistes.

Le maire du Péage-de-Roussillon agressé lors d’un déplacement privé à Avignon

Le maire du Péage-de-Roussillon, André Mondange, a été victime d’une violente agression dans la nuit de jeudi à vendredi dans le secteur d’Avignon, selon les informations confirmées par la préfecture de l’Isère. Cette agression s’est produite alors que M. Mondange était en déplacement privé pour soutenir son neveu lors de sa soutenance de thèse. Après la cérémonie, le maire et sa famille ont été confrontés à une altercation sur un parking.

Selon les témoignages recueillis, M. Mondange, qui portait son insigne de maire, a été apostrophé par deux individus. Ces agresseurs ont tenu des propos racistes envers sa fille métisse de 20 ans, affirmant qu’elle n’était pas légitime d’être en France. L’un des agresseurs s’est revendiqué comme étant « nationaliste identitaire ». La situation a rapidement dégénéré lorsque six autres individus se sont joints à l’altercation, tentant de s’en prendre physiquement à la famille du maire. Pour protéger leur famille, M. Mondange et ses proches se sont interposés, mais le maire a été blessé au visage, présentant un hématome à l’œil droit.

Le maire et sa fille ont déposé plainte à la gendarmerie de Roussillon suite à cet événement tragique.

Une dénonciation de la dangerosité des idées d’extrême droite

André Mondange, encore sous le choc de l’agression, a tenu à souligner la dangerosité des idées d’extrême droite. « Je tiens à ce que la vérité soit dite et faite. Ça montre la dangerosité des idées d’extrême droite », a-t-il insisté. Sa fille, bien qu’elle n’ait pas été physiquement blessée, reste profondément affectée par les événements.

Lire aussi :   100 km de course-poursuite : Interpellation risquée en Lot-et-Garonne

La préfecture a réagi avec fermeté, rapportant que les agresseurs avaient interrogé M. Mondange sur le sens de l’insigne qu’il portait, déclenchant ainsi une bagarre au cours de laquelle des coups ont été portés. Le préfet de l’Isère, Louis Laugier, a condamné cet acte inacceptable et a exprimé tout son soutien au maire et à sa famille.

L’agression d’André Mondange s’inscrit dans un contexte de violences croissantes contre les élus. Le ministère de l’Intérieur prévoit une augmentation de 15% des agressions envers les élus en 2023, après une hausse de 32% l’année précédente. Ces incidents soulignent la gravité et l’urgence de la situation.