Adolescent de 17 ans interpellé à Marseille pour viol présumé de deux filles de 9 et 14 ans.

Photo of author

Par Abert

Faits-divers

Un adolescent de 17 ans a été officiellement inculpé à Marseille pour des violences sexuelles présumées à l’encontre de sa demi-sœur de 9 ans et d’une autre adolescente de 14 ans. Au cours de sa détention provisoire, le suspect aurait reconnu les faits.

Un adolescent mis en examen à Marseille pour des viols sur sa demi-sœur de 9 ans et une autre jeune fille de 14 ans

Un adolescent de 17 ans a été mis en examen à Marseille la semaine dernière, d’après les informations d’Abertzale. Il est soupçonné d’avoir violé sa demi-sœur, actuellement âgée de 9 ans, ainsi qu’une autre jeune fille de 14 ans.

Les faits et l’enquête

L’affaire a débuté en février dernier lorsque la mère de famille s’est rendue dans un commissariat en Seine-et-Marne pour signaler que sa fille de 8 ans avait été victime de violences sexuelles de la part de son demi-frère. Quelques jours plus tard, la petite fille a été interrogée par les enquêteurs et a relaté les événements, dénonçant des attouchements et au moins un viol survenus pendant des vacances à l’été 2022, en Côte-d’Or, perpétrés par le suspect.

Les policiers de la sûreté départementale (SD) des Bouches-du-Rhône ont pris en charge l’affaire puisque le suspect réside à Marseille. Au cours des investigations, il a été découvert que l’adolescent aurait également fait une seconde victime dans son entourage. La jeune fille de 14 ans, interrogée par les gendarmes de son lieu de résidence, a dénoncé des agressions sexuelles et des viols qui se seraient produits entre 2020 et 2022. Ses parents ont déposé plainte.

Lire aussi :   Enquête ouverte après le décès d'une mère et de sa fille à Mérignac

Le suspect a été placé en garde à vue la semaine dernière dans les locaux de la SD, où il aurait avoué aux policiers ses actes concernant les deux victimes, selon une source proche de l’affaire. Les investigations en cours permettront de déterminer s’il a fait d’autres victimes. Le parquet de Marseille n’a pas répondu à nos sollicitations ce lundi pour commenter ce dossier.