15 personnes en garde à vue près du marché de Rungis pour « entrave à la circulation » suite à la colère des agriculteurs

Ce mercredi en fin de matinée, près d’un accès au marché de Rungis, les policiers ont procédé à l’interpellation de quinze personnes. Suite à cette intervention, toutes les personnes interpellées ont été placées en garde à vue.

Neuf tracteurs interceptés par la police à Paray-Vieille-Poste

Neuf tracteurs ont été interceptés par les policiers à Paray-Vieille-Poste, dans le département de l’Essonne, alors qu’ils se dirigeaient vers l’accès au marché de Rungis, ce mercredi en fin de matinée, selon des sources policières. Au total, quinze personnes ont été interpellées pour « entrave à la circulation » par des policiers de la direction de l’ordre public et de la circulation (DOPC) et des CRS. Elles ont été placées en garde à vue au commissariat de L’Haÿ-les-Roses sous l’accusation d’entrave à la circulation des véhicules sur une voie publique, a indiqué le parquet de Créteil.

Le ministre de l’Intérieur ne tolèrera pas les blocages

Le fait d' »entraver ou de gêner la circulation » est un délit puni de deux ans de prison et 4500 euros d’amende, selon le code de la route. Ce mercredi matin, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a rappelé qu’il « ne laisserait pas faire » les agriculteurs s’ils ne respectaient pas les « lignes rouges », notamment en bloquant le marché de Rungis, les aéroports parisiens et la capitale.

Les neuf tracteurs seront remorqués et amenés en fourrière, ont précisé les sources policières.

Lire aussi :   Policiers à Toulon blessent grièvement un homme armé lors d'une riposte par des tirs